Umberto Pelizzari au symposium Microplastics IMaSS Network 2019

Umberto Pelizzari au symposium Microplastics IMaSS Network 2019

Pour sa troisième édition, le congrès iMaSS Network a accueilli l’apnéiste italien Umberto Pelizzari en tant qu’orateur du Symposium sur les microplastiques.

Réaffirmant son engagement dans la lutte contre la pollution des océans qui garantit aux générations futures de jouir des plaisirs et bienfaits de la plongée sous-marine, de l’apnée, mais aussi tous ces loisirs nautiques pratiqués à la surface, Umberto Pelizzari a participé à un Symposium organisé par l’Italian Mass Spectrometry Society (iMaSS).

Ce jeudi 9 mai, dans le prestigieux opéra italien Ridotto del Teatro Regio à Parme, le recordman d’apnée et expert fondateur de la place de marché 100% nautique Le Cargo, a eu l’honneur d’ouvrir le congrès annuel iMaSS Network avec un speech et une présentation vidéo sur une thématique au cœur des préoccupations de toutes les parties prenantes de l’environnement marin : le danger des microplastiques pour les océans.

Les microplastiques, un danger pour les océans

En complément des actions menées depuis quelques années par les associations, organisations non gouvernementales et institutions pour tirer la sonnette d’alarme concernant la pollution des eaux par les objets en plastique à usage unique, l’iMaSS, organisation scientifique italienne promouvant les recherches et innovations en matière de spectrométrie de masse, a souhaité apporter une approche plus approfondie, en levant le voile sur les impacts dévastateurs des minuscules particules plastiques. Celle-ci devrait susciter une réelle mobilisation de l’Homme.

>> Lire aussi Agissez pour la protection des océans avec Surfrider Foundation Europe et les Initiatives océanes

Pour cause, ces agents polluants minuscules proviennent des produits du quotidien les plus insoupçonnés…

Traduction libre : « À quel point connaissez-vous les microplastiques ?

Les microplastiques sont définis comme des particules plastiques dont la taille est inférieure à 5 mm. Les microplastiques sont contenus dans les cosmétiques qui se déversent dans la mer à travers les tuyaux d’évacuation, s’échappent de chaque vêtement synthétique qui libèrent plus de 1900 microplastiques pendant un cycle de lavage en machine ordinaire, et proviennent des sacs et bouteilles en plastique dont la plupart atterrit dans l’environnement sous forme de déchets. En plus, le plastique ne se décompose pas, il devient seulement plus petit. À travers le temps, une seule bouteille en plastique peut se fractionner en plus de 10 000 particules microplastiques. On estime à 5 milliards de milliards le nombre de microparticules plastiques dans l’ensemble des eaux de surface de la planète. Chaque année, au moins 8 millions de tonnes de plastique se retrouve dans les océans. L’ingestion de microplastiques par les animaux marins peut affecter leurs comportements alimentaires, conduisant à un épuisement d’énergie, une réduction de la croissance et des impacts sur la fertilité. En outre, les microplastiques s’immiscent dans la chaîne alimentaire, incluant les produits de la mer consommés par les hommes. Maintenant, on voit le plastique partout : on en a trouvé des traces dans les glaciers, dans les strates géologiques et jusqu’à 10 km de profondeur comme dans la fosse des Mariannes. Si nous n’agissons pas, d’ici 2050 nous aurons en masse plus de plastique que de poissons dans les océans du globe. »  

Une intervention riche symbolique

En demandant à Umberto Pelizzari — l’athlète qui a décroché tous ses titres et records au fond de l’eau — de lui prêter sa voix, l’iMaSS voulait transmettre un message simple, clair, symbolique : prendre conscience ne suffit plus, il est urgent d’agir !


À découvrir également sur La Vigie, le blog du Cargo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *