Sam Davies et Paul Meilhat photo du grand départ de la Transat Jacques Vabre 2019Arnaud Kergroach a initié Sam Davies à l'hypnose © Thierry CreuxArnaud Kergroach pratique l'hypnose auprès des skippers du pôle Finistère course au large

Mieux naviguer grâce à l’hypnose, Sam Davies nous en dit plus

Mieux naviguer grâce à l’hypnose, Sam Davies nous en dit plus

Des séances d’hypnose pour préparer des régates majeures. Si cela peut paraître atypique pour le plus grand nombre, cette méthode fonctionne plutôt bien pour Sam Davies !

Avec Paul Meilhat, son coéquipier sur le bateau Initiatives Cœur, Sam Davies a pris le départ de la Transat Jacques Vabre, hier, dimanche 27 octobre 2019 à 13h15. Cette course à la voile a toute son importance pour l’experte de l’univers plaisance du Cargo, puisqu’il s’agit de la dernière confrontation majeure avant le prochain Vendée Globe.

Et pour pouvoir compter sur une performance optimale lors de cette course transatlantique, la skipper britannique a évidemment misé sur la préparation physique, mais aussi sur l’hypnose. Elle s’y adonne régulièrement avec Arnaud Kergroach, son hypnothérapeute.

« J’ai ressenti depuis un véritable ‘mieux’ »

Pour Sam Davies, le recours à l’hypnose n’était pas du tout une évidence. C’est même dubitative qu’elle avait abordé sa première séance.  

« Je suis allée l’écouter en me disant que c’était n’importe quoi, et la façon dont il l’a présenté, scientifique, dans un contexte médical, avec la preuve que ça marche, que ce n’est pas du magique, là je me suis dit que ça pouvait être intéressant », avoue-t-elle, après sa première rencontre avec Arnaud Kergroach, alors infirmier anesthésiste du Centre hospitalier de Quimper. Ce dernier avait été invité par le pôle Finistère course au large pour une initiation des skippers, dans le cadre de l’amélioration des performances.

Malgré une certaine réticence au départ, l’épouse de Romain Attanasio se laisse convaincre et très rapidement, retire de nombreux bienfaits de l’hypnose à laquelle elle a recours régulièrement, depuis maintenant un an. Quelques jours encore avant son départ pour la Transat Jacques Vabre 2019, Sam Davies nous en disait plus sur les atouts de ses travaux préparatoires sous hypnose. La skipper de 45 ans reconnaît aujourd’hui que l’hypnose procure bien des avantages dans des situations précises :

 « J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de choses plus fluides sur le bateau grâce à ces séances », explique-t-elle. « Pour moi, c’est plus un outil rapide qui sert pour la gestion de données en très peu de temps. Il faut prendre beaucoup de décisions qui ont des implications assez lourdes, pour la sécurité ou la performance, et je pense que ça aide à bien trier les priorités. On a beaucoup de stress lié à notre course, aux conditions, aux dangers. Il y a des choses sur lesquelles on peut agir, et d’autres sur lesquels on n’a pas du tout la main. Ça ne sert à rien de gâcher de l’énergie pour quelque chose qu’on ne peut pas changer. Je suis plus sereine de ce côté-là, sur le bateau, je gère mieux les choses importantes ».

Puis elle conclut : « j’ai ressenti depuis un véritable ‘mieux’. L’hypnose m’aide à glisser les informations dans les bonnes cases et ce, malgré la fatigue. »

Vidéo. Rencontre avec l’hypnotiseur des skippers.
© Ouest France
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *