llustration - Groupe de pratiquants de longe-côte

Le longe-côte pour profiter du bord de mer toute l’année

Le longe-côte pour profiter du bord de mer toute l’année

Le longe-côte, vous connaissez ? Ce sport atypique se pratique à tous les âges et ne manque pas de bienfaits. Tour d’horizon des bonnes raisons de vous y mettre !

Appelé aussi marche en mer ou encore randonnée aquatique, le longe-côte fait de plus en plus d’adeptes en France. Pour cause, il est accessible à toute le monde et se pratique avec très peu d’équipement, selon la saison. La seule condition est d’être proche de la mer.

Petite histoire du longe-côte

En 2005, Thomas Wallyn, entraineur dunkerquois d’un club d’aviron, imagine un exercice qui pourrait améliorer les performances de ses rameurs. Afin de faire travailler et renforcer principalement le muscle du bas du corps, mais aussi ceux du buste qui sont tout autant sollicités en aviron, il invite alors ses athlètes à se mettre à l’eau jusqu’à une profondeur suffisante pour que celle-ci couvre la taille (au niveau du diaphragme) et tout simplement à marcher en s’aidant de leurs bras pour avancer. Le Longe-côte était né.

En deux ans, sous l’impulsion de l’association Opale Longe Côte, l’exercice se propage dans le cercle des avironneurs dunkerquois, en complément de leur routine d’entraînement, pour finalement gagner l’ensemble des littoraux de la France métropolitaine (Var, Alpes Maritimes, Calvados, Manche, Bretagne) et même à l’étranger. Parallèlement, le longe-côte connaît quelques évolutions, notamment la pratique avec une pagaie pour faciliter la procession et mieux travailler les bras.  

À partir de 2010, soit un an après l’inauguration à Leffrinckoucke du « sentier bleu de la Licorne » — premier sentier de randonnée pédestre aquatique officiel, le grand public découvre et s’approprie le longe-côte qui est aujourd’hui pratiqué partout en France pour le loisir et de manière sportive.

Concrètement, comment ça se passe ?

Il s’agit d’exécuter simultanément mouvements de jambe et mouvements de bras alors que le corps est immergé jusqu’à la taille ou la poitrine. En haut, à mains nues ou à l’aide d’une rame, on pagaie tandis qu’en bas s’enchaînent de grands pas provoqués par le déséquilibre induit par le courant marin.

▶ Lire aussi 9 sports nautiques insolites à essayer au moins une fois !

En phase d’étal (à marée montante par fort vent de terre) on privilégiera un mouvement symétrique, façon kayak : coup de pagaie alternée à gauche et à droite. Le mouvement asymétrique (façon canoë pagayage d’un seul côté) se prête davantage à une procession courant dans le dos. La technique dite « du double appui » qui consiste à donner deux coups de pagaies à droite pour un seul à gauche, permet par ailleurs de prendre le maximum de vitesse dans le cadre d’une course de longe-côte.

Pour ce qui est de l’équipement, le port d’une combinaison (de plongée ou de windsurf, par exemple) et de chaussons (de plongée ou de voile) est préconisé, particulièrement en saison fraîche. L’usage d’une pagaie n’est pas obligatoire, quoiqu’elle peut faire la différence pour certains objectifs de performance.

🎥 La Quotidienne

Les bonnes raisons de se mettre au longe-côte

Érigé en sport et reconnu par la Fédération française de la randonnée pédestre (FFRandonnée), le longe-côte a largement prouvé ses vertus et les bonnes raisons de s’y mettre ne manquent pas !

Activité accessible à tous, en toute saison

Le longe-côte se pratique indifféremment des aléas climatiques, du vent et des vagues. On peut s’y adonner tout au long de l’année, à la seule condition de s’habiller et s’équiper selon la température ambiante. L’idéal pour se maintenir en forme ! Plus besoin de troquer votre activité favorite parce que « ce n’est pas la saison » et devoir vous adapter à une autre en attendant. Et comme il ne comporte à ce jour aucune contre-indication, absolument tout le monde (enfants, adultes et personnes âgées des deux sexes) peut s’y adonner dès lors que les consignes de sécurité en bord de mer sont respectées.

C’est un sport complet

Les vertus du longe-côte sur la santé sont multiples. L’environnement de pratique est en soi un atout : l’immersion décuple les bienfaits connus de la marche classique. Grâce à la flottabilité, les mouvements et déplacements sont en effet facilités, allégeant les charges sur les articulations, les ligaments et les tendons. Ainsi, l’effort doux, mais soutenu que fournit le pratiquant renforce les muscles (jambes, bras, dos…), accélère le retour veineux pour apaiser les sensations de jambes lourdes, stimule de la circulation sanguine et lymphatique, active la régénération cellulaire et en raison de sa nature chargée en iode, l’air marin favorise le bon fonctionnement de la thyroïde, améliorant les capacités respiratoires.

Pratiquants de longe-côte au coucher de soleil
via sports-nature.bzh 📸 Yoann Coëdel

Un excellent exercice « minceur »

Le longe-côte est également un excellent exercice pour éliminer les kilos superflus et sculpter la silhouette. La température de l’eau engendre en effet une dépense supplémentaire d’énergie. Lorsqu’il se trouve dans un milieu froid, le corps enclenche différents phénomènes physiologiques, parmi lesquelles la consommation de calories afin de se maintenir à la bonne température (36-37 °C). L’organisme puise de ce fait dans les réserves et mincit. Cela se produit indépendamment de l’intensité de l’effort fourni.

L’air marin insuffle le bien-être

Les vertus psychologiques du longe-côte sont indéniables. Les sensations créées par le bruit des vagues et l’air marin, sans oublier le reflux des vaguelettes sur la peau et tout simplement le fait de communier avec un élément naturel, l’eau de mer, procurent inéluctablement un état de bien-être. D’ailleurs, le plus grand nombre s’accorde sur le fait que l’environnement maritime est un antistress naturel, peut-être parce qu’on l’associe aux vacances. Ce qui est certain, c’est qu’il aide à évacuer les tensions du quotidien.


Pour vous équiper

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *